Permettez moi de vous partagez un texte de Krishnamurti, philosophe d’origine indienne, sur le changement des habitudes 

Capture d’écran 2015-04-07 à 09.57.39

Le procédé s’applique au fardeau si lourd des mauvaises habitudes en général à taxer sans honte de vicieuses, telles que la colère, l’alcoolisme, l’usage des drogues ou les perversions sexuelles…
« Ne luttez pas pour vous en débarrasser…
La lutte que l’on entreprend contre les habitudes ne fait en général que les renforcer.
Comprenez tout le problème des habitudes mentales, émotionnelles et physiques.
L’habitude est un état d »irréflexion et lutter contre l’irréflexion par une volonté aveugle est vain et stupide.
Mais on peut comprendre le développement des habitudes grâce à une perception constante des routines de l’esprit et des conséquences qu’elles entraînent habituellement dans l’émotion.
Lorsqu’on découvre les voies profondes de l’habitude, ses conséquences superficielles tombent. Si l’on ne comprend pas les causes les plus profondes de l’habitude, supposer que l’on soit capable de dominer celle de fumer ou n’importe quelle autre, ne vous empêchera pas de continuer à être irréfléchis, vides, le jouet des circonstances extérieures.

Capture d’écran 2015-04-07 à 09.53.06

La perte d’une habitude sera la conséquence naturelle de la réflexion si la sensibilité est maintenue.
Cette sensibilité est émoussée et durcie par la lutte constante des désirs opposés. Donc, si vous désirez fumez, faites-le, mais soyez intensément conscient de toutes les implications de l’habitude, de l’irréflexion, de l’esclavage, de la solitude, de la peur, etc.
Ne luttez pas contre une habitude, mais soyez conscient de sa pleine signification. »
‘Krishnamurti parle’, opus cité, p. 32 – 33.